Apprendre l'improvisation blues à la guitare - 1

Apprenez à improviser un blues à la guitare en toute sérénité !

Posté par Lisa le 23 Juin 2013

Le blues est un genre musical où l'improvisation est récurrente. En fait, quand les musiciens de différents horizons musicaux sont réunis pour faire quatre notes ensemble (on appelle cela faire une jam session), la première chose que vous allez entendre est une voix qui crie: « les gars font une improvisation blues !».

Honnêtement, je crains d'entendre prononcer cette phrase fatidique. En effet, par expérience personnelle, même si les musiciens de jam sont préparés, ce ne sont pas des «bluesmen», à savoir qu'ils ne connaissent pas le genre, le résultat sera sûrement une torture pour ceux qui jouent vraiment du blues et une torture pour l'auditeur.

Le blues est certes par définition une improvisation musicale, mais c'est aussi une musique qui a des canons bien définis, tout en laissant une grande place à la créativité, il impose des règles que vous devez connaître et respecter.

Ces règles déterminent le rythme et l'harmonie et rappellent la présence de phrases types dans le genre. Par conséquent, pour être en mesure d'apprendre l'improvisation blues à la guitare, il faut connaître ces règles générales que je vais vous présenter sur cette page. Cet article sera en deux parties, d'abord nous verrons comment est composé un blues, puis les techniques utilisées dans l'improvisation blues à la guitare.

L'accompagnement blues à la guitare

Le terme « background » (accompagnement) est indiqué pour tout ce qui sert à accompagner un morceau de musique. Dans le cas spécifique du blues, c'est une série d'accords qui se répètent avec une certaine succession. Dans le blues dit "rural", nous assistons à l'utilisation des arrangements simples où prévaut l'utilisation d'un unique et omniprésent 7b. Dans le blues « électriques », les accords sont souvent « embellis » et l'introduction de la 6e, la 9e ou 13e note de l'échelle donne à l'accompagnement une saveur jazzy.

Cette série d'accords est appelée «progression blues»: elle se compose de 12 mesures et alterne seulement trois accords. Pour réussir une improvisation blues à la guitare vous devriez être familier avec cette série d'accords.

Apprendre la progression blues à 12 mesures sur la guitare

La première chose que vous devez apprendre pour réussir une improvisation blues à la guitare est la progression blues (même ceux qui ne jouent pas d'un instrument et qui écoutent du blues devrait le connaître pour mieux apprécier l'improvisation blues). Dans 90% des cas, elle est composée d'une séquence de 12 mesures de 4 temps. Par conséquent, elle est appelée progression de blues en 12 mesures.

Dans ces mesures apparaissent seulement trois accords qui déterminent l'harmonie de la chanson. Ces accords sont répétés dans une séquence précise et dérivent d'une façon de chanter le blues qui a son origine dans les champs de coton où une personne chante (call) et d'autres répondent (response). Voyons d'un coup d’œil la structure de la progression de blues de 12 mesures à la guitare.

Apprendre les accords blues à la guitare

Les accords de blues utilisés dans l'improvisation guitare peuvent être résumés à seulement trois notes par accords avec le Mi 7° bémol, qui est dominant. Ils sont constitués de la tonique (DO dans notre cas, pour simplifier les exemples), la sous-dominante (FA) et la dominante (SOL).

Dans le cas du blues, les accords en clé mineure deviennent mineurs (Cm et Fm), tandis que l'accord de dominante reste inchangé. Beaucoup de musiciens, de ce fait, considèrent moins le blues comme une catégorie de musique par rapport aux autres genres.

Beaucoup de progressions sont embellies avec la présence d'un FA dans la deuxième mesure, appelé faux dominant. En fait, on retourne immédiatement à la tonique dans la mesure suivante.

Enfin, le "turn-around" est effectué avec un phrasé typique où vous suivez les trois accords de base, créant une atmosphère d'attente et une ouverture pour présenter la prochaine progression. Je vais donc présenter cette «progression».

Progression d'accords de blues typique à la guitare

Un bon exemple pour apprendre une progression d'accords blues à la guitare est la progression en ut majeur (12 mesures). Généralement, l'improvisation blues diffère peu de ces 12 mesures que nous avons vu. Cependant, il y a des exceptions: les différences sont alors dans le nombre de mesures, qui peuvent être variées. Certaines peuvent être omises ou la position échangée, mais les accords sont toujours les mêmes !

Par exemple, pour deux chansons de Muddy Waters, vous entendrez dans « I'm your Hoochie-Coochie Man » 8 mesures au lieu des 4 habituelles, et dans « I'm a King Bee » 15 mesures et pas de turn-around. Ce qui est très curieux.

Dans l’improvisation blues à la guitare, il est important de s’adapter à la musique et au texte, autant qu’exécuter correctement la chanson. Cette façon de jouer est typique du delta du Mississippi !

apprendre l'improvisation blues

Habituellement, l’accompagnement se compose d’une courte phrase (appelée riff) sur laquelle se pose la voix et le soliste. Dans certains cas, la piste est constituée d’un riff qui se développe pendant deux ou trois mesures et se compose d’un couple d’accords répétés pendant toute la durée du morceau. Un exemple typique est “Boogie Chillun” de John Lee Hooker.

Si vous voulez jouer un blues de ce type, cependant, il faut faire attention : la chanson pourrait devenir monotone ! En fait ce type de blues, physiquement simple à réaliser car il répète toujours les mêmes notes, est très difficile à interprêter !

Apprendre les substitutions d'accords dans le blues

De même que pour le jazz (dont le blues est le père dans le vrai sens du mot, mais à partir duquel le jazz a évolué librement en parallèle à partir d’une origine commune), même les bluesmen font souvent appel à des accords avec des remplacements et équivalences qui confèrent à la chanson une «coloration» particulière.

Un exemple classique vient d’un célèbre guitariste qui a fait l’histoire du blues et, pour ainsi dire, “inventé” la guitare électrique, jouant le blues d’une manière nouvelle avec un style qui sera ensuite utilisé par tous les guitaristes à venir: T. Bone Walker.

L’invention de l’amplification de la guitare électrique a permis aux guitaristes d’effectuer en temps réel, ce qui précédemment ne pouvait pas être joué car ils étaient couverts par le volume des autres instruments.

T. Bone Walker outre les notes typiques du blues que déjà tous les guitaristes du delta du Mississippi utilisaient, ajoutait des demi-tons en avance sur son temps. Il a également composé la célèbre "Stormy Monday", chanson qui l’a rendu célèbre, qui a dans la succession d’accords des remplacements, assez proches des harmoniques jazz. Cette façon de jouer a rendu son style immortel dans l’histoire du blues.

N’hésitez pas à visiter la page présentant la suite de cet article pour apprendre les effets de guitare dans l’improvisation blues. Le blues est un genre très intéressant et facile à apprendre, vous pouvez prendre des cours de guitare blues, cela vous sera très bénéfique pour ensuite apprendre d’autres genres ou jouer du blues avec vos amis. A vous de jouer !